Expansion chirurgicale rapide, distraction osseuse

Chirurgie de la mâchoire / Chirurgie Orthognathique

Dernière modification : 1/02/2018

1

Présentation

La distraction comme par exemple l’expansion chirurgicale est un procédé qui permet dallonger la longueur de l’os progressivement (création d’os).
Une fracture est réalisée chirurgicalement et un cal osseux se forme. Après quelques jours le cal osseux est étiré grâce à un dispositif activé régulièrement.

Cette méthode thérapeutique peut être utilisée au maxillaire (mâchoire supérieure) ou à la mandibule (mâchoire du bas) si ces dernières sont trop petites. 

2

L'expansion chirurgicale transversale

Réalisée au maxillaire (plus souvent) ou à la mandibule, cette intervention consiste à élargir le diamètre transversal lorsque l’arcade dentaire est trop étroite.

Cette intervention est réalisée en chirurgie ambulatoire.

Une ostéotomie médiane est réalisée au bloc opératoire. Les incisions sont faites dans la cavité buccale (pas de cicatrice) et les points de suture se résorbent en 15 jours environ.

Au bout de quelques jours le cal osseux se forme au niveau de l’ostéotomie et sera étiré progressivement (activation). Cette activation sera réalisée par le patient souvent le matin et le soir de manière à élargir l’os. Cette activation sera contrôlée par l’orthodontiste.

3

Exemple d'expansion chirurgicale transversale maxillaire

4

Les suites opératoires immédiates

Afin de prévenir des difficultés de cicatrisation, le tabac doit être parfaitement arrêté depuis au moins un mois avant l’intervention et ne pas être repris avant la fin de la cicatrisation.

Le gonflement des joues et de la lèvre supérieure (œdèmes) est très fréquent et parfois important entraînant un inconfort quelques jours après l’intervention.

Des saignements minimes par le nez ou par la bouche sont fréquents juste après l’intervention et sont habituellement sans gravité.

La douleur est modérée et cède avec des antalgiques simples et disparait en quelques jours. Des vessies de glace fournies en post opératoire diminuent le gonflement et la douleur.

Des nausées et des vomissements sont courants suite à l’anesthésie générale et des médicaments sont prévus pour les limiter.

Les ostéotomies entrainent des troubles de la sensibilité de la lèvre supérieure du fait de la dissection des nerfs. Cette insensibilité peut durer quelques semaines à quelques mois (parfois un an) et récupère spontanément sans traitement particulier.

Le déplacement des maxillaires peut s’accompagner d’une modification morphologiques et donc esthétique du visage qui n’est évaluable qu’au bout de 2 à 3 mois.

Après une période de 8 jours, il est possible de reprendre une activité scolaire, professionnelle ou intellectuelle normale. Cette période sera adaptée au type de chirurgie et aux activités du patient. Les activités sportives doivent être arrêtées 1,5 mois.

La consolidation osseuse est obtenue au bout de 45 jours (1,5 mois).

5

Les soins postopératoires

Après l’intervention, il est possible d’ouvrir la bouche, de parler et de boire de l’eau.

L’alimentation sera liquide et froide le premier jour puis mixée 1 semaine après l’intervention puis molle 1 mois après la fin de l’activation. La dureté des aliments sera augmentée progressivement sans jamais provoquer de douleurs pour ne pas entrainer de problème de consolidation.

L’hygiène de la cavité buccale doit être parfaitement réalisée : utilisation d’un jet dentaire pour le nettoyage des boitiers, brossage de l’émail des dents (blanc des dents pendant 15 j) puis brossage normal avec une brosse à dent très souple.

6

Les risques de l'intervention

Tout acte médical même bien conduit recèle un risque de complications. Il ne faut pas hésiter à prendre contact avec l’équipe chirurgicale en cas de problème.

Comme dans les cas d’ostéotomie du maxillaire supérieure, il peut persister des troubles de la sensibilité de la lèvre supérieure, de la gencive, du palais et des dents. Au-delà de la 3ème année, le déficit séquellaire peut être considéré comme définitif.

Une infection des tissus mous de la joue (cellulite) peut survenir quelques jours à quelques semaines après l’opération et nécessiter un traitement adapté.

Une communication entre le nez et la bouche peut s’installer mais se referme spontanément dans la majorité des cas en quelque mois.

Il existe un faible risque pour la vitalité des dents adjacentes au trait d’ostéotomie qui pourraient nécessiter une prise en charge complémentaire.

Des saignements abondants sont rares au cours de l’intervention et peuvent exceptionnellement nécessiter une transfuser de sang voire un geste chirurgical complémentaire.

Un retard ou une absence de consolidation osseuse, souvent favorisé par des facteurs extérieurs (traumatisme…) est très rare et nécessite de réaliser un nouveau blocage des mâchoires parfois une greffe osseuse.

Des troubles des articulations des mâchoires peuvent se manifester (ou s’aggraver s’ils sont pré existants) après ce type de chirurgie. Ils sont généralement bénins et s’améliorent le plus souvent spontanément en quelques mois.

Les pathologies

Syndrome d’apnée obstructive du sommeil (SAOS)

Apnées du sommeil

En savoir plus

Malposition des mâchoires : généralités et conséquences

Anomalies de la position des mâchoires - orthognathie

En savoir plus

Agénésie ou amputation de l’oreille – Epithèse

Malformations du visage

En savoir plus
Nous contacter