Résection apicale

Chirurgie orale / stomatologie

Dernière modification : 8/03/2019

1

Présentation

Les kystes et granulomes apicaux sont des lésions apparaissant à l’extrémité des racines dentaires et découvertes sur des radiographies. Leur taille varie de 1 millimètre à 1 centimètre de diamètre. L’origine est bactérienne.

L’infection à l’intérieur de l’os progresse malgré un traitement par antibiothérapie.
En cas d’échec ou d’impossibilité du retraitement endocanalaire par votre dentiste ou un spécialiste en endodontie, s’il existe des douleurs ou une infection extériorisé, il est nécessaire d’intervenir.

2

Comment se déroule l'intervention ?

Le traitement consiste au curetage du granulome, à la résection de l’extrémité de la racine jusqu’à retrouver le traitement endodontique. Nous ne réalisons pas l’obturation étanche du canal dentaire, qui est du ressort de votre chirurgien-dentiste.

L’intervention de résection apicale s’effectue sous anesthésie locale. Dans certains cas le granulome est envoyé au laboratoire d’anatomo-pathologie pour une lecture histologique.

 

3

Les suites et les soins post-opératoires

Les suites opératoires normales peuvent être :

  • le gonflement des joues (oedème) est fréquent et parfois important.
  • les saignements : Il est fréquent qu’un saignement persiste pendant quelques heures à une nuit suivant l’intervention. Le traitement consiste à appliquer une compresse sur la zone de l’extraction et mordre sur celle-ci tant que le saignement ne s’est pas arrêté.
  • une excellente hygiène buccale est essentielle. Les bains de bouche prescrits ne doivent être faits qu’après 24 heures et avec de l’eau froide. Après chaque repas, les dents et les gencives devront être nettoyées avec une brosse ultra-souple (dite chirurgicale).
  • la douleur au niveau des zones opérées est plus fréquente en bas qu’en haut. Elle cède souvent avec des antalgiques et disparaît en quelques jours. Des vessies de glace enrobées dans un linge (pas directement sur la peau) diminuent le gonflement et la douleur
  • une limitation de l’ouverture buccale est fréquente pendant quelques jours ;
    pendant les premiers jours, l’alimentation doit être molle, tiède ou froide. Il faut éviter une nourriture chaude, très salée ou très acide.
  • L’alcool et le tabac sont à proscrire.

Votre chirurgien-dentiste pourra ensuite assurer la surveillance radioclinique sur le long terme.

4

Les risques

Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :Tout acte chirurgical, même bien mené, comporte des risques de complications immédiates ou tardives, qui doivent cependant être relativisés au regard des bénéfices attendus :

  • Hématome et saignement persistant,
  • Cellulite : inflammation ou infection des tissus mous de la face ou de la bouche,
  • Sinusite maxillaire aigue
  • Lésion d’une dent voisine, descellement d’une couronne, fracture d’une restauration dentaire, d’un bridge ou d’une dent,
  • Migration de la gencive au niveau des dents (déchaussement) pouvant entrainer un préjudice esthétique,
  • Perte ou diminution de la sensibilité de la lèvre, le plus souvent transitoire (quelques semaines à quelques mois), et exceptionnellement définitive.
  • Communication entre la bouche et le sinus qui se ferme seule le plus souvent (4 à 8 semaines) pour les dents situées à proximité du sinus maxillaire. En cas de persistance, une intervention sera nécessaire pour obtenir sa fermeture.
  • Récidive du kyste ou granulome apical, imposant une extraction dentaire.

Les pathologies

Dents incluses

Chirurgie orale

En savoir plus

Agénésie ou amputation de l’oreille – Epithèse

Malformations du visage

En savoir plus

Plan de traitement : orthodontie, chirurgie orthognathique

Anomalies de la position des mâchoires - orthognathie

En savoir plus
Nous contacter